L’essence

“L’essence de la guerre est de prévoir le plan de bataille de l’ennemi.Alors que la flotte baltique de la Russie tsariste approchait de nos eaux territoriales, les épreuves auxquelles l’Amiral Togo et ses hommes, y compris Shimamura et Akiyama, furent confrontés étaient pratiquement indicibles….  Quand il raconta son rêve à son officier supérieur, l’Amiral Togo comprit que la flotte ennemie allait sûrement passer de cette façon et c’est ainsi que le plan de bataille de notre nation fut élaboré [suite à ce rêve].

Advertisements

“L’essence de la guerre est de prévoir le plan de bataille de l’ennemi.
Alors que la flotte baltique de la Russie tsariste approchait de nos eaux territoriales, les épreuves auxquelles l’Amiral Togo et ses hommes, y compris Shimamura et Akiyama, furent confrontés étaient pratiquement indicibles. Ils étaient quasiment incapables de manger ou de dormir. Leur unique pensée fut d’implorer les « Kamis » de préserver notre nation impériale. Une nuit, le capitaine Akiyama eut une vision de la flotte baltique se dirigeant au nord, en ligne, dans les détroits de Tsushima entre le Japon occidental et la péninsule coréenne. Quand il raconta son rêve à son officier supérieur, l’Amiral Togo comprit que la flotte ennemie allait sûrement passer de cette façon et c’est ainsi que le plan de bataille de notre nation fut élaboré [suite à ce rêve]. Quiconque a jamais éprouvé une intuition admettra facilement que de telles choses arrivent.

Cependant, dans le Budo véritable, il n’est pas suffisant de simplement prévoir le plan de l’ennemi. La vraie Voie des Dieux (Kami no Michi), consiste à doter votre moi-intérieur de la capacité de mettre en mouvement l’ennemi selon votre propre volonté.
Ceci n’est qu’un aperçu superficiel de l’expérience de l’intuition dans le contexte du Budo. Si les pratiquants de Bujutsu de notre époque réalisaient qu’il doivent honorer les « Kamis » et s’exercer dans l’unité de l’esprit et du corps, alors ils seraient stupéfiés de leurs propres progrès.”

Extrait d’un  article écrit par M. Ueshiba O’Sensei est publié ici avec l’aimable autorisation de Stanley Pranin fondateur du magazine Aikido Journal. Il figure dans la lettre d’information du Budo Senyokai parue vers 1932. Publié sur le web par les Aikidoka du Aikikai de Strasbourg.  À l’époque, O’Sensei s’appelait encore Moritaka Ueshiba, puisqu’au Japon il est courant de changer de prénom au fil de sa vie.

Technorati Tags: , , , ,